No poder deixar d’escriure

Als blogaires que ténen passió per l’escriptura i per la lectura els pot interessar poc o molt saber, si no ho sabieu encara, que France Inter té un servei de podcats entre els quals n’hi ha un titolat La librairie francophone.

Si us l’afegiu a un agregador de fils RSS com Bloglines podreu anar seguint les novetats en propers programes.

El podcast del 31 de desembre del 2006 inclou una entrevista a Laurence Cossé, autora d’un llibre recentment publicat per Gallimard : Vous n’écrivez plus ?

Es un recull d’onze històries que tenen totes un punt en comú: l’escriptura.

Heus aquí una part de la transcripció que he fet de l’entrevista, descarregable en format mp3 a Itunes.

« Vous posez des tas d’interrogations, justement, de réflexions sur la condition d’un écrivain qui n’écrit plus, soit parce qu’il a fini un ouvrage , soit parce qu’il est passé à autre chose, soit parce qu’il cherche encore l’inspiration, il y a plusieurs cas de figures pour ne plus écrire…

J’ai essayé que chacun des 11 cas soit différent des autres. La seule chose qui ont en commun mes onze personnages, c’est qu’à chacun on pourrait demander Vous n’écrivez plus ?
Dans certains cas, c’est exact, dans d’autres on leur pose la question mais ils n’ont jamais écrit, ; dans d’autres cas, c’est pire, on dit à un personnage VNP ? et en fait ils écrivent et continuent à publier …
Ce sont des variations autour de cette question.

-Je sais, Laurence, que vous êtes persuadée que, à l’origine d’un roman, donc d’une histoire, il y a quelque chose de l’ordre de la « visitation. »

-Écoutez ce que je vais dire là, c’est vraiement le fond du fond, on est dans le sérieux, ce que je veux dire… c’est que si l’écrivain est honnette s’il n´écrit pas pour arrondir son compte en banque, ou bien pour asseoir sa notoriété, en fait il n’a pas vraiment le choix de ce qu’il écrit, ni du moment où il l’écrit, ni de la manière dont il l’écrit … Il y a là quelque chose de profondément mystérieux et tous ceux qui écrivent dans les conditions que j’ai esquissées le disent …
Certains parlent … Tous disent quelqu’un d’autre que moi tient la plume, je ne suis pas seul aux commandes ; je n’ai pas tout le pouvoir sur ce que j’écris …
S’ils sont de culture spiritualiste ils parlent d’anges . S’ils sont de culture psy ils parlent d’insconscient, à chacun son interprétation de ce « quelque chose d’autre que moi qui écrit ». Voilà !

Mois je trouve que ça colle parfaitement avec l’idée ancienne et chrétienne de la visitation.
Pour moi, la lutte avec l’ange, le corps à cors avec l’ange, colle parfaitement avec le travail d’écriture.

– Pourtant … Vos histoires sont douloureuses …la plupart du temps …

Ce combat avec l’ange c’est un combat dur, eh ! Il y a fracture …

Je ne pense pas qu’écrire soit une plaisanterie…Je pense que c’est presque toujours l’effet d’ un … Ça produit toujours un corps à corps violent avec soi-meme, ce qui est encore plus compliqué qu’avec quelqu’un d’autre
Je ne crois pas que si on est parfaitement serein, parfaitement équilibré, parfaitement heureux, on écrive …
Je crois, à l’inverse , qu’on écrit parce que, précisément, on n’est pas très doué pour évoluer paisiblement dans le réel.

– C’est-à-dire que pour se réaliser dans l’ecriture il faut apprendre à souffir, se servir de ses souffrances pour écrire ?

Ah non, non, pas du tout. Je vous dis qu’on n’as pas le choix.
Les gens qui écrivent, on leut dit toujours : «Vous avez la chance d’écrire » ou bien. c’est formidable ce que vous faits …
Ils ont tous la même réponse , « J’ai pas le choix ; je ne sais faire que ça ; « ‘ bon qu’à ça », disait Becket…
Je ne pense pas qu’on écrive pour être écrivain …on écrit pour être …pour réussir à inspirer, pour tenter d’atteindre ce que d’autres appellent le bonheur … Ce genre de trucs… »

Segueixen les crítiques en directe de vàries persones. Una lectora, des de Bélgica, li retreu a l’obra tot un seguit de coses; però ben aviat apareixen dues altres persones que en diuen meravelles i  expliquen perquè  han estat absolutament seduides per les seves històries i per la manera de veure-les tractades…

El fet és que a mi em van impressionar força dues de les consideracions de l’autora en relació amb el fet d’escriure:
Després de tot el que s’ha dit, és possible encara que algú digui seriosament que hi ha alguna cosa que dicta a l’escriptor què escriure i com escriure-ho?
De seguida vénen ganes de rebatre-ho, però llavors surt amb un altre argument: Laurence quan assegura què la gent serena, equilibrada i feliç, -ni ha d’aquesta mena de gent?- no es dedica a escriure.
Que escriu, en canvi, és gent amb un perfil especial, gent que és incapaç de desenvolupar-se d’una manera absolutament normal en el món real.
És fina, aquesta dóna! Ho diu sense fer escarafalls, ho diu amb tota la normalitat del món, igual com quan assegura que escriure no és cap sort, no és cap mèrit, és que els que escriuen no tenen cap altra opció més que escriure. En són gairebé víctimes …
Sí, Laurence, tens tota la raó. Gràcies per dir-ho d’una manera tan bonica, tan suau, tan clara, tan neta.
I així és com com qui no vol la cosa, ens fa empasar aquella idea que anàvem a rebatre amb força.
Sí, sí que hi ha alguna cosa que mena la ploma, i el tema, i la manera d’escriure … i la impossibilitat de deixar-ho…
Val a dir que sempre hi ha alguna excepció (Quaderns, Cucarella, Isnel, Bellver) … cadascuna amb una explicació ben diferent, …

Sigui com sigui, hem encetat un tema que ens encanta i la millor manera de seguir-ne disfrutant, serà llegir-nos aquest Vous n’écrivez plus ?

__________
 [@more@]



This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

One Response to No poder deixar d’escriure

  1. Sani says:

    Aprofito l’avinentesa per fer aquest pregunta retòrica a l’ Antoni Ferrando de Quaderns que ens diu que ho deixa.
    Com a mínim que deixa això del seu blog.
    Ho diu ben clarament al seu darrer post d’un blog exitós i ben considerat pers blogaires de la catosfera.

    Jo li retreia en el meu comentari que no es conformés amb deixar-ho i prou i que carregués les tintes sobre els que quedàvem…
    Li ho deia amb un to picat, però ell ha tingut el seny i la calma de respondre de la manera més planera i assenyada possible.
    Reconeix fins i tot que el seu to desmesurat potser va ser fruit d’una emprenyada insuperable… de caràcter polític.
    T’agraeixo el detall, Antoni, em temia una queixalada teva a la meva iugular.

    Algú que escriu com tu i que té coses a dir no pot deixar d’escriure… N’estic segur! De manera que només caldrà esperar que tornis a aparèixer per aquí o per allà… potser via àudio o video?
    Sigui com sigui … Bon any 2007, bona sort i fes-nos saber per on passes!

    Nosaltres seguirem per aquí … marejant la perdiu escriptòrica si els deus ens ho permeten…
    I si mais trobes res a comentar… gràcies per deixar el teu comentari.

Comments are closed.